Offre spéciale -50% sur l'achat de lots de 20 Skillball, livraison gratuite direct usine

Le football et le Brésil, histoire d’une passion

Publié par JUGGLE PRO le

Le football et le Brésil, histoire d’une passion

C’est un euphémisme de dire que le football est le sport numéro au Brésil, tant il rythme la vie et l’humeur de ses habitants.

Véritable religion, le football fait également office d’ascenseur social pour les plus démunis. Pouvant être joué avec une boulette de papier et deux murs, il devient une échappatoire au commerce illégal des favelas, et une source de rêve pour les jeunes générations. Les enfants brésiliens se mettent ainsi à rêver de devenir les nouveaux Neymar ou Vinicius. Et pour cela, le Brésil ne manque pas d’idoles.  

Car le football est aussi entré dans le cœur des brésiliens grâce à ses nombreuses stars, comme Pelé Ronaldo ou encore Ronaldinho. Le joueur brésilien type est souvent décrit comme un joueur technique, vif et créatif. Des qualités essentielles pour mettre en place un « jeu-samba ». Ce terme a été utilisé pour décrire l’aspect festif et fantaisiste du jeu de l’équipe nationale, fait de dribbles, de feintes, et dicté par l’intuition.

Une équipe nationale qui est justement la plus titrée en Coupe du Monde avec 5 trophées, et qui évolue dans le stade mythique du Maracanã de Rio de Janeiro (200.000 places à la construction, un record mondial à l’époque).

Du côté des clubs, les rencontres entre les grandes villes donnent lieu à des affrontements passionnées. Dans une société très fragmentée, certains clubs font office d’étendards pour certaines parties de la population. Le club de Flamengo est par exemple considéré comme représentant des populations pauvres et ouvrières, alors qu’un club comme Fluminense représenterait les classes plus aisées.

Outre l’impact social, le football est également au cœur des révolutions politiques du pays. En 1981, Sócrates, gloire du football brésilien de cette époque, s’oppose à la dictature militaire et établit un mode de décision démocratique dans son club des Corinthians. Par ce symbole débutera la transition démocratique brésilienne 4 ans plus tard.

Plus qu’un simple sport, le football permet aux brésiliens d’oublier les différences sociales et économiques, et de s’unir pour un moment de fête et de célébration. Car après tout, le véritable ennemi, c’est l’Argentine !


Partager ce message


← Message plus ancien Message plus récent →


  • DVzUWABoYNLciGH

    MQTzkqySt le
  • QDUwMSyhJ

    mQaHvoJECbPui le

Laisser un commentaire